On a toutes, votre jour ou l’autre, des envies de liberte, de briser les codes, de legerete.

On a toutes, votre jour ou l’autre, des envies de liberte, de briser les codes, de legerete.

Naturellement, on peut manifester, faire l’ecole buissonniere (ca marche aussi Lorsque l’on travaille), penser non quand dit forcement oui… ou l’on peut s’affranchir des conventions sociales (et d’hygiene).

C’est pourquoi, j’ai teste pour vous… aller sans culotte !

On pourrait affirmer qu’il s’agit surtout d’une histoire de flemme. Je l’avoue, je ne suis pas la reine en lessive. Mais tel n’etait jamais le cas votre jour-la, c’etait bel et bien un defi, le challenge d’une life !

Une fois ma decision prise, il a bien fallu se lancer, et je vous prie de croire que ce n’est gui?re si facile que cela parait.

Je commence par prendre ma douche (la moule libre oui, la moule avariee non) comme tous les temps. J’me pomponne et me dirige dans mon dressing. Premier blocage : mon premier reflexe reste i  chaque fois de commencer a mettre ma culotte. C’est notre geste a moi qui m’annonce que je vais aller dehors bien en me sentant bien et protegee. Ma culotte, c’est la paire de lunettes de vue ma minette ! Pour environ classe et d’incognito.

Apres 5 bonnes minutes de reflexion (je le fais, je ne le fais nullement), je saisis une jupe longue. Pas un pantalon car je ne me sentirais jamais a l’aise (et et puis c’est sale…vous imaginez, vous, le frottement permanent ?) et pas une jupe courte (le but n’etant aucune trouver des clients).

Ca y est, je suis prete…et J’me sens bizarre.

Je suis habillee mais il manque quelque chose, je ne suis jamais tres a l’aise.

Je prends enfin mon courage a 2 mains, j’agrippe notre sac a main que je serre tres fort contre moi (concernant cacher un tracas de culotte, misez sur l’accessoire), et je franchis la a. Je suis dehors et je marche au ralenti pour eviter tout coup de vent intempestif.

J’me dirige vers le metro, j’ai l’air d’une folle ! Forcement, je regarde tout un chacun de maniere appuyee. Vous qui portez une culotte, vous l’ignorez vraisemblablement, mais l’absence de ce dessous journalier (oui, il faut le changer l’ensemble des jours, meme si c’est du Petit Bateau) rend particulierement parano ! Est-ce que ca se voit ? Est-ce que ca se sent ? Y a-t-il des pervers qui guettent des minettes a l’air en bas des escaliers ? Bref, la panique totale, tu parles d’une liberte !

Enfin, apres 20 minutes de trajet, j’arrive a destination et je rejoins faire mes amies. Apres, le quart d’heure obligatoire de flip, je realise que personne ne me regarde particulierement ou ne me fait des reflexions… Je ressens enfin ce sentiment de liberte promis et je le savoure d’un air mutin ! J’suis une vilaine fille et personne ne le sait ! Je ne a aucune culotte et je suis la seule a le savoir !!

Forcement, je suis de ma reserve : je cause plus, je marche d’un pas conquerant utilizzare questo link et affirme (un chacun appartient aux audacieux), je prends des risques… Je sautille sur le trottoir, je marche en arriere, je fais de grands mouvements Afin de qu’on me remarque. Mes amies n’en reviennent nullement, mais qui est cette fille si liberee et sure d’elle ? Aujourd’hui, je me lache enfin, la star, c’est moi.

Ah ca pour etre une star… c’est devenu particulierement vrai quand, sans m’en apercevoir, j’ai marche sur la grille du metro… Aujourd’hui, j’ai ete la fille spirituelle de Marylin Monroe et de Mallaurie Nataf !

C’est donc morte de honte que j’habite rentree precipitamment i  la maison, jurant, mais un brin tard, qu’on ne m’y reprendrait plus a bouger sans culotte !

Moralite ? On assume mieux si on a eu la bonne idee de passer chez l’estheticienne !Moralite Bis ? Pere Noel, dans mes petits souliers, j’aimerais un compte ouvert et illimite chez Sloggi !

Please follow and like us:
error